Olympus-Zone





Petit rappel sur les limitations d'IPv4.

- Le nombre d'adresses est limité a 232 Adresses moins les adresses de réseaux et de broadcast.

- les tables de routage sont pleines et il est impossible de faire des configurations plus fiable avec les seuls protocoles actuels.

Les astuces :

NAT : Pour limiter le nombre d'IPv4 utilisées sur le réseau, le NAT (Network Adress Translation) a été inventé. c'est une méthode qui permet de "cacher" un réseau du reste du monde les paquets ip sortant d un routeur NAT porte tous la même adresse Ip ce qui permet a des sociétés de n'utiliser qu'une seule adresse Ip dite Publique, le routeur gardant une table de correspondance pour savoir a quel hote envoyer la réponse d'une requête. On appelle aussi ce genre de méthode le Masquerading mais cette appellation tend a disparaître car étant uniquement utilisée par les linuxiens (ce processus a en effet été d'abord porté sur les systèmes Linux) .

Mais cette astuce bloque beaucoup d'applications n'étant pas conçues pour.

CIDR : beaucoup d'entre nous connaissent les classes d'adresses d'IPv4 qui permettent une certaine répartition de blocs d'adresses.

Classe d'adresse Bit de poids fort Plage d'adresses id Réseau id Machine Nb de Réseau Nb de Machine/réseaux

A

0000 1-126.x.y.z 1-126 x.y.z 126 16 777 214
B 0010 128-191.x.y.z 128-191 y.z 16 384 65 534
C 0110 192-223.x.y.z 192-223 z 2 097 152 254
D 1110 224-239.x.y.z - - - -
E 1111 240-247.x.y.z 240-247      

 Cette façon de faire est désormais obsolète et est Remplacé par le CIDR (Classless Inter Domain Routing) qui permet d'optimiser la taille des tables de routages utilisées par les routeurs des grandes dorsales mondiales. Le CIDR permet de regrouper plusieurs routes en une seule ou au contraire de diviser des réseaux en sous-réseaux selon le masque de sous réseau

Le rapide épuisement des adresses de classe B a montré que 3 classes d'adresses primaires n'étaient pas suffisantes la classe A étant trop grande la C trop petite, la classe B étant trop importante pour bon nombre de réseaux  mais elle était la meilleur solution.

une manière plus souple d'organiser les portions identifiant le réseau et la machine dans une adresse est d'utiliser les masques binaires, les masque binaires fonctionnent de cette façon : si un bit est positionné dans le masque, le bit équivalent dans l'adresse est interprété comme étant un bit réseau 

Exemple : 192.168.1.0/16   est un sous réseau de l'ancienne Classe B avec un masque de 255.255.0.0

Mais      : 192.168.1.0/24   est un sous sous réseau customisé que ne permettait pas normalement l'ancienne notation de classes car un segment de class B est utilisé avec un masque de classe C

(BIEN SUR cet exemple utilise des adresses de classe Privée il ne faut pas en tenir compte)

Utiliser un masque pour créer  des réseaux plus grands que le masque naturel est appelé suppernetting et l'utilisation d'un masque au lieu de la class d'adresse pour déterminer le réseau de destination est appelé CIDR (Classless Inter Domain Routing).



Auteur
Jean Théry

This Page in your language (Cette page en d'autres langues) :
EnglishFrench (Français)

Mardi 24 Avril 2018
Load time : 0.114 seconds
Connecté via IPv4 (IPv4 seulement ici IPv6 seulement ici www)
©2001-2018 Olympus-Zone    Webmaster Jean Théry Valid HTML 4.01! Valid CSS!